Azazga Talk


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Les kabyles

Aller en bas 
AuteurMessage
SAM

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Les kabyles   Lun 17 Sep - 21:22

Le nom de Kabylie est la forme européanisée de l'arabe kbayl (tribus). Il ne semble pas que les historiens et les géographes d'expression arabe s'en soient servi dans leur nomenclature pour désigner une région quelconque de la Berbérie au Moyen Âge. Cette dénomination a été introduite par des voyageurs européens. De nos jours encore, seuls en usent en Algérie les sujets s'exprimant en français. L'arabophone dira blad lekbayl (pays des tribus), kbayl étant traité ici en véritable nom propre. Quant aux Kabyles eux-mêmes, ils emploient un terme appartenant au très ancien fonds berbère : tamourt, la terre, la terre natale, la patrie, le pays.

Ce tamourt n'a jamais connu de frontières bien définies. Il eût fallu pour cela qu'il se constituât en État, et les Kabyles ont été de tout temps farouchement opposés à une hégémonie politique qui eût rendu impossible à leurs yeux l'application d'un principe de gouvernement solidement ancré dans leurs mœurs : le contrôle direct et rigoureux d'un pouvoir central électif. Le rejet d'une autorité commune de quelque importance ne signifiait cependant pas absence de cohésion. Morcelée à l'intérieur, la Kabylie n'offrait pas moins l'image d'un bloc, agissant en tant que tel, solidaire certes de l'ensemble algérien qu'elle a incarné plus d'une fois, mais sans jamais cesser de s'en distinguer. Elle servait de refuge le plus sûr aux populations des plaines fuyant devant l'envahisseur, ensuite de base de résistance et de récupération quand la puissance de l'ennemi était émoussée et que sonnait l'heure de la libération. Dans ces conditions, suivant les vicissitudes politiques et militaires, elle s'accroissait et englobait de larges lambeaux de plaines, ou se réduisait aux seuls pitons d'où l'on pouvait narguer soit l'ennemi soit un pouvoir central trop éloigné et anonyme, parfois nominalement reconnu, mais rejeté en la personne de son administration.

sur Internet Formation et évolution du bloc kabyle
La lecture des auteurs anciens montre, en effet, une Kabylie tantôt cernée et réduite à ses seules montagnes inaccessibles, tantôt jetant sur les plaines ses guerriers qui contraignaient les colons à se regrouper dans les villes fortifiées et les légions à reculer, à « regagner leurs quartiers d'hiver » selon la pudique expression des historiens latins. Le même spectacle est offert au Moyen Âge successivement avec les Vandales, les Byzantins et les Arabes.

L'historien des Berbères, Ibn Khaldun, fournit des indications précieuses sur la formation et l'évolution du bloc montagnard kabyle entre le VIIIe et le XIVe siècle. Jusqu'au XIe siècle, le domaine kabyle s'étendait sur un vaste territoire compris entre Annaba (Bône) et Cherchell au nord, et les monts sahariens au sud. Trois groupements berbères importants s'y côtoyaient, unis par un même dialecte et des alliances politiques plus ou moins durables : les Sanhadja à l'ouest de Dellys, les Zouaoua à l'est jusqu'au port de Béjaia (Bougie) et les Ketama entre ce dernier et celui de Annaba. À partir de la seconde moitié du XIe siècle, il ne cessera de se rétrécir, d'abord sous les coups de boutoir des Arabes (Banu Hilal et Banu Soulaym) venus d'Égypte, ensuite sous la pression des dynasties berbères qui se succédèrent en Afrique du Nord entre le XIIe et le XIVe siècle. Plus ouverts, l'Est, l'Ouest et le Sud en souffrirent tout particulièrement. À la fin du siècle, il ne restait plus des trois grandes confédérations que celle du centre, la Zouaoua, amputée de ses hauts plateaux, mais héritant sur ses flancs de quelques débris des territoires peuplés par ses anciens alliés dont elle reçut le flot de réfugiés. Elle occupait alors un quadrilatère compris entre l'oued Agrioum à l'est, l'oued Boudouaou à l'ouest, la Méditerranée au nord, et une ligne allant de Sétif à Sidi-Aïssa au sud.

Ces limites ne subiront plus de changement notable. L'installation de quelques bordjs par les Turcs à l'intérieur, dès la première moitié du XVIe siècle, ne semble pas avoir mis en cause le principe de l'existence en Algérie d'une Kabylie autonome sur les terres de laquelle s'étaient constituées trois principautés dans le dernier quart du siècle précédent : Kokou, Abbès et Juber. Leur reconnaissance tacite par les représentants de la Porte à Alger fut une étape importante dans la formation de la Kabylie. Ils en fixèrent approximativement les frontières que trouveront les Français au début du XIXe siècle. Quand le pouvoir des deys s'effondra en 1830, les Kabyles tentèrent encore une fois, mais sans succès, de rompre l'encerclement et de recouvrer les riches plaines dont ils avaient été dépossédés. D'ailleurs les Français, soucieux de neutraliser au début de la conquête de l'Algérie une population nombreuse, organisée et belliqueuse, ne les en dissuadèrent pas immédiatement. Ernest Carette a laissé un témoignage fort intéressant : « L'absence complète de définition donnait lieu aux interprétations les plus élastiques, aux assimilations les plus erronées. Chaque coin de terre peuplé de Kabyles devenait partie intégrante de la Kabylie. Quelques personnes comprenaient sous ce nom tout le littoral depuis Dellys jusqu'à Philippeville, d'autres l'étendaient encore dans l'Ouest et y faisaient entrer le Dahra et l'Ouarsenis. La Kabylie s'allongeait démesurément. Ayant échappé à l'invasion, elle devenait envahissante à son tour » (Études sur la Kabylie, 1849). En fait, elle n'échappa pas à l'invasion ; on crut même qu'elle disparaissait à jamais. Le colonel Robin pouvait tranquillement écrire en 1901 : « Ainsi s'est effondré en quelques années l'édifice séculaire des libertés traditionnelles qui avaient résisté pendant des milliers d'années aux armées des conquérants [...] Finis Kabyliae ! » En effet, pour mieux l'asservir, la puissance colonisatrice désorganisa ses structures politiques et économiques. Elle pensait l'avoir détruite ; elle ne réussit qu'à lui donner plus de cohésion. Les tribus et les confédérations ayant disparu, les Kabyles cherchèrent et parvinrent à communier dans une Kabylie indivisible.

sur Internet Une région montagneuse
La Kabylie est une région accidentée, parcourue d'ouest en est par deux chaînes de montagnes se rejoignant à leurs extrémités.

Dans la partie sud se dresse le massif le plus imposant, culminant à Lalla-Khedidja (2 308 m), le plus célèbre depuis l'Antiquité : le mons Ferratus ( ?) des Anciens, le Djurdjura des relations des Européens ; il finit même par désigner toute la Kabylie. Il décrit un véritable arc de cercle autour des Zouaoua. À l'ouest, il se prolonge en obliquant vers le nord par les monts Maatka auxquels s'adossent les chaînons du Boubrak, qui séparent la vallée de Sebaou de celle de l'Isser. À l'est, il est relayé par deux contreforts, l'un prenant la direction du nord-est jusqu'au voisinage de Béjaia, l'autre celle du sud-est jusqu'aux abords de Sétif.

La seconde chaîne de montagnes de la Kabylie, qui porte souvent le nom de tribus peuplant ses versants est appelée communément chaîne du littoral, suit la côte entre Dellys et le nord de Béjaia. Elle est moins imposante que la première dont elle ne constitue que les prolongements en direction du nord. En effet, il n'y a guère de véritables plaines entre ces deux massifs. Chaînons et mamelons se rejoignent de part et d'autre, s'enchevêtrent et se confondent. De sorte que l'ensemble se présente sous la forme d'une masse compacte, d'une vaste plate-forme à laquelle on accède par un petit nombre de déchirures qui en constituent les vallées les plus larges. Le sol en est pauvre, mais suffisamment arrosé pour permettre une mise en valeur de chaque pouce de terrain par une population en surnombre d'agriculteurs sédentaires.
source:
universalis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les kabyles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paire de rasoirs Kabyles
» Timbre Assegas Amegaz
» Défilé des miss Algérie
» L'atelier d'Ithil' : nouveautés 12/05
» Droles de proverbes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Azazga Talk :: Azazga discuss :: Un moment pour le Kabyle-
Sauter vers: